mardi 19 mars 2019

Somme toute une banale histoire d’amour

POURQUOI LES CAPITALISTES ACHETENT-ILS DES MAISONS D’ÉDITION LITTÉRAIRES ? 


Une tentative de réponse dans ma fiction parue dans Actualitté

EXTRAIT: "Megève. La nuit descendait sur les pentes immaculées. Une chambre du Four Seasons. Le silence imposé par la neige qui tombait, dru, berçait la conversation du couple, qui venait de faire l’amour pour la deuxième fois.

Elle est journaliste littéraire : une voix qui s’entend à la radio et un visage qui se voit à la télé. De plus, elle pond des merdes de romans qui se vendent bien parce qu’elle est célèbre, et surtout parce qu’elle a un physique de mannequin aux longs cheveux blonds, au teint légèrement bronzé et aux yeux d’un gris métallique.

Lui, il est l’écrivain africain le plus connu de sa génération. Bien qu’installé aux États-Unis, on le voit et on l’entend partout. Les micros lui sont tendus en permanence et les caméras raffolent de son faciès avenant. Il sait emballer une audience en débitant des inepties. Il se murmure dans le milieu que son succès est principalement dû à son charme..."


Lire la suite ICI

lundi 18 mars 2019

Les bateaux sombrent-ils en silence? Au Boeuf Bourgignon


LES BATEAUX SOMBRENT RACONTENT AUSSI LE NAUFRAGE DES PAYS 

Je vous invite à écouter mon passage à JMTV Plus au micro de Jacky Moiffo. Nous avons principalement abordé un aspect de ma variation poétique Les bateaux sombrent-ils en silence? celui qui consiste à replacer les naufrages de bateaux en Méditerranée dans la perspective de l’effondrement des états.


Regarder l'émission ICI

mardi 12 mars 2019

Les seins de l'amante dans la présélection du 26e prix Lettres Frontière



J'apprends avec beaucoup d'émotion que mon poème Les seins de l'amante est dans la présélection du 26e prix Lettres Frontière.

Vous pouvez en savoir plus ICI

mercredi 6 mars 2019

Les bateaux sombrent-ils en silence ? dans Voix de plumes


Je vous invite à écouter mon passage à 
Voix de plumes 

l'émission littéraire animée par Pascal Schouwey
Nous avons parlé de beaucoup de choses, notamment de l'accordéoniste 
Archangelo de Moneko
Avec son instrument dont il tirait une langoureuse rumba, il rythmait le naufrage du bateau. 
J'adore la sélection musicale faite par la production. 
Belle écoute ICI


mardi 26 février 2019

mardi 19 février 2019

Le teaser de Les bateaux sombrent-ils en silence?

Le teaser de ma variation poétique Les bateaux sombrent-ils en silence ? a été réalisé par Miguel Moura. La musique est de moi.


lundi 18 février 2019

Sortie officiel de Les bateaux sombrent-ils en silence?

LES BATEAUX SOMBRENT-ILS EN SILENCE ? 


Dans la tradition Duala, la mer est à l’origine du monde et héberge des divinités bienfaitrices. Le bateau est alors ce véhicule grâce auquel la communication entre le monde des hommes et celui des divinités est possible. En effet, lors du Ngondo, la grande fête annuelle, l’officiant se rend au milieu des eaux dans un bateau, puis y plonge avec une nasse dans les mains, d’où il rapporte les présages des esprits. 

Depuis le 16e siècle, avec l’irruption des négriers, mastodontes des mers, sur les côtes africaines, le bateau est devenu synonyme de déportation, d’exil forcé. Bref, le signe annonciateur de la mort. Cette perception est encore vivace dans les bateaux qui sombrent presque tous les jours en Méditerranée, anéantissant les espoirs et les rêves de milliers d’êtres humains fuyant des tyrannies qui condamnent leurs corps à la pauvreté et au mutisme. Pourtant, ils cherchaient une oasis pour renaître en eux-mêmes. 

En remontant le fil du temps, Timba Bema nous invite à regarder les naufrages actuels comme l’une des conséquences du choc brutal entre l’Europe et l’Afrique. Cette dernière semble être la grande perdante de cette relation. Puisque dépossédée de ses ressources et de ses hommes qui sont entassés dans des bateaux à destination de toutes les contrées du monde. 


Par ailleurs, l’auteur 
Interroge les bateaux
Encore et toujours
À chaque strophe
Comme au commencement d’une pensée nouvelle
Encore et encore
Comme mille chansons qui ont pour point commun le rythme à quatre temps
Un deux
Un deux
Deux et deux font quatre
Quatrain  
Le quatrain est la pulsation du cœur


Du cœur de ces hommes et femmes qui sombrent dans les bateaux en Méditerranée que l’auteur interroge


Encore et encore
Encore et toujours
Il interroge les bateaux
En boucle
Jusqu’à ce qu’ils émergent dans nos existences
Jusqu’à ce que les cris des naufragés franchissent le seuil absolu de notre audition


Timba Bema interroge les bateaux
Comme on regarde un objet sous tous les angles possibles afin qu’il se dévoile dans son entière complexité

Car oui, la réalité des bateaux est polymorphe, elle s’inscrit dans le temps long, plus de six siècles.


Timba Bema dédie son poème à Joséphine, une Camerounaise repêchée au large de la Libye. Son regard est celui de quelqu’un qui a vu la mort, et nous rappelle que celle-ci a été apportée par des bateaux.


Quatrième de couverture


Tous les jours, en méditerranée, des milliers de rêves sombrent dans le naufrage des bateaux qui les transportent. Leurs cris perçants n’émeuvent pas le ciel. Rarement, ils atteignent le seuil absolu d’audition humaine.

Somme toute une banale histoire d’amour

POURQUOI LES CAPITALISTES ACHETENT-ILS DES MAISONS D’ÉDITION LITTÉRAIRES ?  Une tentative de réponse dans ma fiction parue dans Actu...